Nature

Pulsatilla vulgaris, l’anémone pulsatile.

Pulsatilla plante de la famille des Renonculacées est le nom d’une anémone singulière à bien des égards.

Cette anémone printanière affectionne les prairies sèches calcaires, les pentes caillouteuses à condition qu’une certaine humidité de l’hiver persiste. Son feuillage se divise jusqu’à devenir filiforme. Toute la plante est couverte de longues soies argentées qui scintillent au soleil et qui donnent un aspect quasi-laineux chez les jeunes individus. Les feuilles supérieures constituent un involucre, une anticipation du calice. Le verticille formé par ces feuilles soudées à plusieurs pointes est une mystérieuse annonce de la fleur. Progressivement la fleur va s’émanciper de plus en plus de ces feuilles. Contrairement aux autres anémones qui ouvrent leur corolle au soleil, la pulsatile penche lourdement vers le sol sa corolle en forme de cloche profonde. Ses pétales sont bleu sombre ou violets. Au centre de cette corolle sombre jaillit un bouquet d’étamines jaune d’or entourant le style. En fin de floraison le pédoncule floral va se redresser et libérer de la pesanteur les fruits tout à fait aériens dotés d’aigrettes plumeuses scintillant dans la douce lumière printanière.

Cette plante est tout en contraste : lumière des poils soyeux et le feu d’artifice des étamines en opposition avec la couleur sombre des pétales ; fragilité apparente avec ce côté duveteux et timidité dans le geste de la corolle tournée vers le sol s’opposant à la verticalité du pédoncule floral portant les fruits comme une tête ébouriffée aux mille éclats. Mais attention la pulsatile cache bien son jeu c’est une plante toxique.

Nous utilisons la plante entière fleurie cultivée dans nos jardins de Bouxwiller pour préparer une teinture mère par macération.