Beauté

La cosmétique naturelle et bio

Depuis toujours, nous nous inspirons de la nature pour formuler nos soins cosmétiques naturels et bio. Grâce à leur composition simple et douce pour la peau, les cosmétiques Weleda vous enveloppent dans un cocon de bien-être pour vous recentrer sur les bienfaits offerts par la nature.
Qu’est-ce que la cosmétique naturelle ?

Il ne suffit pas qu’une matière première ou qu’une plante soit biologique pour que l’on qualifie un soin cosmétique de « naturel ». Il s’agit d’identifier un processus responsable, de valorisation des sols, et des critères sociaux, économiques et écologiques stricts. C’est bien là tout le fondement des produits cosmétiques naturels Weleda.

Quelle est la part de nature au cœur d’un produit ? Dagmar Bässler, biologiste et responsable de l’Information Scientifique cosmétique chez Weleda Allemagne répond : « Il n’existe aucune définition règlementaire contraignante de la cosmétique naturelle. Et encore moins de définition du naturel ».

Dès lors, comment juger de la naturalité d’un produit ?

Pour nos huiles pour le corps, telle que l’Huile régénératrice à la Grenade, la réponse est simple : elle contiennent uniquement des huiles végétales pures, des extraits de plantes et des huiles essentielles (note parfumante). Ces huiles végétales sont directement extraites de graines ou de la chair du fruit, le plus précieux de ce qu’une plante peut offrir. 100% naturel.

« Si nous ne voulons pas limiter la cosmétique naturelle aux huiles pour le corps, mais élargir le concept également aux crèmes, aux lotions et à d’autres soins, il faut accepter certains compromis avec la notion de « naturel pur », concède Dagmar Bässler. « Toutefois, c’est notre objectif de proposer des produits qui contiennent la plus grande quantité possible d’ingrédients naturels. » Pour créer les émulsions notamment, nous avons besoin de matières premières qui, pour le dire familièrement, « ne poussent ni sur les arbres ni dans les champs », mais qui sont fabriquées à partir de matières premières naturelles. Prenons par exemple la fabrication du savon. « Un savon, c’est le sel d’un corps gras » assure Dagmar Bässler. L’acide gras est obtenu à partir d’huiles naturelles chauffées avec de l’hydroxyde de sodium, une réaction plus connue sous le nom de « saponification ». Un savon est donc fabriqué à partir de matières d’origine naturelle, mais il n’est pas lui-même issu de la nature. « Le nettoyage de la peau ne serait pas vraiment efficace avec une huile végétale uniquement », complète la scientifique.

Nos huiles végétales et nos extraits de plantes sont principalement utilisés comme actifs. Grâce aux extraits de plantes, l’intégrité des actifs contenus dans les végétaux sont récupérés via une méthode d’extraction spécifique. « Chez Weleda, nous utilisons principalement l’eau, les huiles végétales et l’éthanol ». Une transformation non présente dans la nature, pourrait-on dire. Mais jusqu’où peut-on aller dans la transformation ? Le label NATRUE qui certifie plus de 100 produits cosmétiques naturels Weleda, se donne pour objectif de mettre en place des critères stricts au cœur d’un marché de la cosmétique naturelle de plus en plus confus. Weleda a créé le label au côté d’autres marques pour proposer une définition de la cosmétique naturelle et bio au niveau international. « La plupart des produits du marché portant l’allégation « nature » ou « naturel » n’ont aucune chance d’être certifiés NATRUE puisqu’ils intègrent des matières premières interdites selon le label, telles que les ingrédients pétrochimiques, les silicones, les organismes génétiquement modifiés, les ingrédients soumis à une exposition radioactive ou encore les huiles ou parfums de synthèse » rapporte la biologiste qui se réfère d’ailleurs aux critères NATRUE publiés sur Internet.

Naturel ou bio ?

À cela vient s’ajouter la question du « bio » ou du « non bio ». Bio ne signifie pas naturel, le consommateur s’y perd avec ces deux notions pourtant bien différentes. Chez Weleda, 81 % des extraits végétaux sont certifiés bio et proviennent de l’agriculture biologique contrôlée ou de la biodynamie. Cela ne veut pas dire pour autant que tous les produits sont biologiques à 81%. Pour mieux comprendre, il est nécessaire d’aller un peu plus dans le détail, avoue Dagmar Bässler et prenant un exemple comme l’eau. La plupart des produits cosmétiques en sont principalement composés. L’eau doit-elle être considérée comme bio ou naturelle ?

De nombreux labels cosmétiques naturels considèrent que oui. NATRUE voit les choses différemment. « L’eau, c’est de l’eau. Elle n’est comptée ni dans les ingrédients naturels, ni dans les ingrédients naturels transformés et n’est pas bio non plus » affirme Dagmar Bässler. « Nous ne souhaitons en aucun cas que les produits certifiés NATRUE donnent l’illusion que la part de naturel d’un produit peut être rehaussée avec une plus grande quantité d’eau. Prudence avec les allégations alléchantes « 100% naturel » et les classifications hâtives, phénomène qu’elle connaît bien. Elle évoque plutôt un « immense respect pour tous les savoirs » Weleda acquis depuis bientôt 100 ans. Le temps a son importance quand les experts Weleda se penchent sur le pouvoir des plantes. L’expertise accumulée va de pair avec le travail d’innovation de notre laboratoire de recherche et développement. Le quantifiable tout comme l’empirique, apportent tout deux aux produits cosmétiques naturels Weleda une grande qualité.

Associer efficacité et la plus grande part possible d’ingrédients naturels, c’est le défi à relever aujourd’hui pour la cosmétique naturelle. Dagmar Bässler ne cesse d’écouter les souhaits des consommateurs : des produits « 100% naturels » et une efficacité réelle et immédiate. Crèmes et lotions doivent s’appliquer facilement sur la peau et pénétrer rapidement pour une action longue durée. Permettre à chacun de prendre soin de soi en se reconnectant à la nature, telle est la raison d’être de Weleda et de ses cosmétiques naturels et bio.