Pollens, allergènes et rhinite allergique

La fréquence de la rhinite allergique a été multipliée par quatre au cours des trois dernières décennies, affectant désormais plus de 25 %1 de la population française. Elle se caractérise par des symptômes de type centrifuge, éternuements en salve, obstruction nasale avec rhinorrhée et prurit, accompagnés ou non de symptômes oculaires, survenant en dehors de tout épisode infectieux. Il s’agit d’une réaction d’hypersensibilité immédiate liée aux Immunoglobuline E (IgE).

Les principaux facteurs en cause en France et par ordre d’importance, sont les acariens de poussières de maison, les pollens et les chats. Sur un plan général, on assurera une bonne hygiène nasale en hydratant bien les muqueuses, et l’on évitera l’allergène autant que possible.

 

1 Rhinite allergique, dossiers d’information, INSERM consulté le 26 mai 2016. http://www.inserm.fr/thematiques/immunologie-hematologie-pneumologie/dossiers-d-information/rhinite-allergique.

  • Et si c’était la rhinite allergique ?

    La douceur des températures est désormais bien installée, et la lumière retrouvée nous met du baume au cœur. Mais vous faites peut-être partie de ceux pour qui la renaissance de la nature signe le retour du nez qui coule et des yeux qui démangent.

    Lire la suite
  • Mémo Conseil Allergie

    Petites astuces pour soulager au quotidien les symptômes liés au rhume des foins.

    Lire la suite
  • Au jardin des plantes médicinales Weleda

    Dans l’allergie saisonnière, en réaction aux pollens, l’organisme humain se trouve dans une situation inflammatoire centrifuge - dirigée vers l’extérieur - au niveau des muqueuses sensorielles (nez, yeux).

    Lire la suite
  • « La rhinite allergique est une maladie de civilisation »

    Interview du Dr François Hibou, médecin généraliste et responsable du centre de compétence médecine anthroposophique au sein du Groupe Weleda en Suisse.

    Lire l'interview

P119/07-16