Marsktein (Haut-Rhin)

C’est sur les sommets vosgiens que Weleda France notamment, prélève l’arnica sauvage depuis plus d’un demi-siècle pour ses préparations médicinales. Chaque été, le laboratoire fait appel à une association vosgienne regroupant des producteurs cueilleurs, pour y récolter plus ou moins 2 tonnes de plantes fraîches certifiées bio.

La sauvegarde de l’arnica des Vosges

C’est sur les sommets vosgiens que Weleda prélève l’arnica sauvage depuis plus d’un demi-siècle pour ses préparations médicales. Chaque été, le laboratoire fait appel à une association vosgienne regroupant des producteurs cueilleurs, pour y  récolter environ 2 tonnes de plantes fraîches entières destinées aux préparations pharmaceutiques. Affectionnant les sols  acides et les prairies bien exposées, l’arnica a trouvé ici sa terre de prédilection : des versants déboisés, battus par les vents et dont la pluviométrie rappelle l’Irlande…

Cependant, ces dernières années, le développement de nombreuses activités menaçaient irrémédiablement l’arnica dans les Vosges du Sud :
• l’élevage intensif (fertilisation, chaulage), qui modifie le degré d’acidité et la composition du sol ;
• l’augmentation des infrastructures touristiques et de loisirs (piétinements plus importants).
Des mesures devaient donc être prises rapidement afin d’assurer la pérennité de l’espèce sur le site vosgien. C’est de ce constat et de cette urgence qu’a été rédigée et signée la «Convention Arnica» en juin 2007, qui régit depuis la cueillette dans le Parc Naturel régional des Ballons des Vosges.

 

La «Convention Arnica»

Fruit de la collaboration de Vosges Développement, du Parc naturel régional des Ballons des Vosges et du Laboratoire  Weleda, la «Convention Arnica», signée le 22 juin 2007, comprend les consignes précises à l’attention des cueilleurs, des agriculteurs et divers partenaires.
La cueillette est désormais soumise à des règles strictes. Ne peuvent être cueillies que les plantes en pleine floraison, en  laissant sur place une tige fleurie tous les 5m² pour les insectes butineurs et les plants avec fleurs fanées pour le semis.  Seules sont autorisées les récoltes manuelles. Les périodes de cueillette y sont réglementées et un suivi des volumes d’arnica prélevés est prévu.

La convention définit aussi à l’attention des exploitants agricoles des normes quant au chargement en bétail des prairies concernées. Tout amendement chimique, chaulage, apport de fumure organique ou minérale, traitement phytosanitaire et sur-semis y sont proscrits.
Enfin, la convention rappelle aux laboratoires pharmaceutiques l’obligation des demandes d’autorisation de récolte auprès des communes. Celles-ci se sont engagées à faire respecter les directives de la convention avec l’aide des brigades vertes de l’ONF (Office National des Forêts) et de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage).
Le Parc naturel régional des Ballons des Vosges est le médiateur pour tous les acteurs du site. 

Les bienfaits de la cueillette pour la sauvegarde de la plante

Une étude agro-environnementale effectuée par le Laboratoire de Phytoécologie de l’Université de  Metz pendant 3 années consécutives sur le site du  Markstein, co-financée par Weleda et le Parc Naturel régional des Ballons des Vosges, a démontré qu’une intervention humaine était bénéfique et nécessaire à la survie de l’arnica. Sans cela, la plante est menacée par l’envahissement des espèces arbustives  (bruyères, myrtillers), la forêt se reformant naturellement.
Ainsi, effectuée selon certaines règles, la récolte ne menace pas la survie de l’arnica mais lui est au contraire bénéfique.

Période de récolte:
Début de l'été
Origine:
Cueillette sauvage certifiée bio
  • Ingrédient

    Extrait d'arnica

    Arnica Montana Extract

    L'extrait d'arnica est utilisé pour ses propriétés calmantes.