Dermatologie

Au jardin des plantes médicinales Weleda

Urtica urens
la petite ortie apaisante1

Cette ortie, dont les enfants redoutent tant les piqûres en été, offre des vertus thérapeutiques reconnues notamment dans le traitement des inflammations cutanées. Plus concentrées et plus énergiques que pour Urtica dioica, les caractéristiques urticantes véhiculées par le poison d’Urtica urens permettent en effet, selon le principe de similitude inversée, de traiter efficacement ces affections de la peau en aidant l’organisme à les apaiser et à en venir à bout. Ne faut-il d’ailleurs pas voir, dans la vitalité de cette plante, capable d’isoler et de rejeter ses poisons vers l’extérieur, un signe de bienfaits pour notre épiderme ? Les brûlures locales peuvent
également être traitées avec une solution à base
d’Urtica urens, associée dans ce cas de figure à de l’arnica.

Hippophae rhamnoides
l’argousier bienfaiteur2

Les premiers écrits évoquant les vertus de l’huile d’argousier nous viennent du Tibet, où elles avaient été identifiées dès le VIIIe siècle après Jésus Christ. Très recherchée depuis une quinzaine d’années, l’huile d’argousier n’usurpe pas les qualités qu’on lui attribue. Gourmande de soleil, la graine de la baie de ce petit arbuste de la famille des Eléagnacées livre notamment des huiles polyinsaturées (acides gras) comme les omégas 3 par exemple, qui contribuent aux soins de la peau. En application cutanée, elle permet de réduire les inflammations et de favoriser la réparation des tissus. La forte concentration d’antioxydants (Vitamine E et caroténoïdes) est également un gage de l’action bienfaitrice de cette huile sur le vieillissement de la peau. La vitamine E et les caroténoïdes, qui donnent en tout premier lieu sa coloration rouge-orangée à la baie, sont en effet aussi ceux qui protègent la peau du rayonnement solaire.

Calendula officinalis
le souci des jardins cicatrisant3

Tout comme l’arnica, autre fleur emblématique des laboratoires Weleda, le calendula officinalis est une plante herbacée annuelle, de la famille des astéracées. Connue sous le nom de « souci des jardins », elle est relativement courante sous nos latitudes. Cette fleur à la couleur jaune-orangé éclatante aime le soleil, à tel point que chaque soir, elle se referme pour ne se rouvrir à lui qu’au jour suivant.
Des vertus médicinales lui sont attribuées depuis le
XIIe siècle. Ses propriétés antibactériennes et cicatrisantes sont traditionnellement utilisées en homéopathie pour soigner, par application locale, les affections dermatologiques bénignes telles que crevasses, écorchures, gerçures, brûlures superficielles. Nos anciens avaient sans doute déjà perçu dans l’équilibre et l’harmonie générale de la plante sa capacité à restructurer les tissus abimés, tout comme dans son odeur peu flatteuse sa capacité à lutter contre la surinfection des plaies.

 

1 Dr H. Voisin. Matière médicale du praticien homéopathe, Ed. Maloine. 1992, 2e édition : pages 193-194  // Wilhelm Pelikan. L’Homme et les plantes médicinales, Ed. Triades. 2003, 3e édition : Tome III, pages 158 et167

2 Wilhelm Pelikan. L’Homme et les plantes médicinales, Ed. Triades. 2003, 3e édition : Tome III, pages 141-148 // A. Vernet. Revue Phytothérapie, Ed Springer. 2006 : Numéro 3, pages 125-129

3 J.Fleurentin. Plantes médicinales - Traditions et thérapeutiques, Ed. Ouest France. 2008 : pages 140-141 // P.Kollitsch. Homéopathie Matière Médicale Thérapeutique, Ed. Helios. 1989 : pages 190 // W.Pelikan. L’homme et les plantes médicinales, Ed. Triade. 2003, 3e édition : tome I, pages 280-281

  • La peau et ses petits bobos du quotidien

    La peau est un organe de paradoxes et de contrastes. Fragile et sensible, elle est pourtant notre alliée la plus solide contre les agressions extérieures.

    Lire la suite
  • Peau sensible, peau sèche

    La peau forme une barrière protectrice entre l'organisme - composé à environ 60 % d'eau - et l'environnement extérieur qui est sec. La peau n'est pas étanche car elle doit pouvoir absorber et rejeter un certain nombre de substances provenant à la fois de notre environnement et de notre organisme.

    Lire la suite
  • Conseils pour prendre soin d'une peau sensible

    Une peau sensible évolue parfois vers une peau sèche. Ce type de peau réagit plus vite aux stimuli extérieurs tels les agents synthétiques des produits de lessive ou des cosmétiques.

    Lire la suite
  • Conseils en cas
    de peau sèche (fissures, gerçures, crevasses)

    Si l’on tente de déterminer les principales causes de la sécheresse cutanée, on se rend vite compte que de nombreux facteurs entrent en ligne de compte.

    Lire la suite
  • Crème, gel, pommade :
    à chaque forme ses spécificités

    Fruit d’une longue expérience accumulée dans ses activités pharmaceutiques, mais aussi cosmétiques, Weleda a développé une parfaite maîtrise des procédés de fabrication des différentes formes galéniques usuellement utilisées pour le traitement ou le soin de la peau.

    Lire la suite
  • Au jardin des plantes médicinales Weleda

    Découvrez les plantes traditionnellement utilisées dans le traitement des problèmes de peau.

    Lire la suite
  • « Le soin et la prévention au quotidien, clé de la santé de la peau.»

    Interview du Dr François Hibou, médecin généraliste et responsable du centre de compétence médecine anthroposophique au sein du Groupe Weleda en Suisse.

    Lire la suite

P162/11-16